Stop aux nanoparticules dans Les bonbons Elodie

(Bonbons Elodie "Le plaisir léger sans sucres 4 parfums")

Nanos identifiées

Nanoparticules identifiées

  • Dioxyde de titane (E171, colorant),

Sur un article acheté le October 1, 2017.

Responsable du produit

Elodie (groupe Les Mousquetaires).

Position de la marque

Des nanoparticules ont été identifiées dans un échantillon de ce produit par des analyses en laboratoire à la demande de 60 millions de consommateurs (août 2017). La mention [nano] aurait dû figurer dans la liste des ingrédients comme l'exige le Règlement européen INCO.
Dupont d'Isigny affirme "avoir engagé des actions de substitution ou de suppression du dioxyde de titane (E171) dans ses produits, dans le cadre de sa volonté d'appliquer le principe de précaution". La marque fabriquant les bonbons Elodie assure que "son objectif est de supprimer complètement le E171 de ses fabrications" dans un courrier adressé à Agir pour l'Environnement en date du 19 octobre 2016. Nous sommes dans l'attente de preuves tangibles et espérons un engagement clair et public de Dupont d'Isigny.

47916C’est le nombre d’internautes qui exigent la garantie de l’absence de nanoparticules dans les produits alimentaires courants. Les nanoparticules sont dangereuses pour la santé et l’environnement.

Interpellez le service consommateur

VOTRE MESSAGE

Pour avoir plus d’impact, personnalisez votre message pour Elodie (groupe Les Mousquetaires).

contactez la marque par d’autres moyens

via son formulaire de contact

Exemple de message :

Bonjour,

En tant que consommateur, j’aimerais connaître votre position à propos des nanoparticules dans l’alimentation.

Des analyses indépendantes ont montré qu’un échantillon de votre produit Bonbons Elodie "Le plaisir léger sans sucres 4 parfums" contient des nanoparticules de dioxyde de titane (l’additif E171). Or, ces substances sont dangereuses pour la santé et l’environnement. De plus, la présence de nanoparticules n’est pas indiquée sur l’étiquette, contrairement à l’obligation d’étiquetage en vigueur depuis décembre 2014. Leur taille extrêmement petite leur permet de se disséminer aisément dans le corps humain et l’environnement, avec des effets toxiques de mieux en mieux prouvés.

Je ne souhaite pas être cobaye d’une technologie qui n’a pas été correctement évaluée avant d’être lancée à grande échelle dans nos assiettes. J’ai le droit de savoir ce que contient la nourriture que je consomme, surtout quand il s’agit de substances controversées...

C’est pourquoi j’attends de vous le retrait des ingrédients nocifs et des garanties claires et tangibles sur le non-recours à cette technologie.

Dans l’attente de votre réponse,

Bien cordialement,

sur Twitter

Exemple de tweet :

Garantissez-nous l’absence réelle de #nanoparticules dans vos produits! @mousquetairesfr