Non aux nanoparticules dans Les soupes Eco +

(Potage tomate aux vermicelles Eco +)

Nanos suspectées

Additifs suspects

  • Dioxyde de silicium (E551, antiagglomérant),

Sur un article acheté le October 1, 2017.

Responsable du produit

Eco + (groupe Leclerc).

Position de la marque

Dans un courrier adressé à Agir pour l'Environnement en date du 11 avril 2017, le groupe Leclerc affirme que, "pour les références de soupes déshydratées, l'antiagglomérant dioxyde de silicium (E551) n'est pas utilisé à l'état de nanoparticules". L'entreprise indique qu'elle travaille néanmoins à des solutions de substitution afin de supprimer cet additif. Cette déclaration ne peut être validée pour le moment, en l'absence de preuves tangibles. Nous sommes dans l'attente de précisions supplémentaires de la part du groupe Leclerc. Des analyses réalisées par le LNE à la demande d'Agir pour l'Environnement avaient révélé, en janvier 2017, la présence de nanoparticules de dioxyde de titane (diamètre moyen de 160 nm) dans un échantillon d'un produit du groupe Leclerc : les chewing-gums Marque Repère NEW'R menthe fraîche. La mention [nano] aurait dû figurer dans la liste des ingrédients comme l'exige le Réglement européen INCO.

47916C’est le nombre d’internautes qui exigent la garantie de l’absence de nanoparticules dans les produits alimentaires courants. Les nanoparticules sont dangereuses pour la santé et l’environnement.

Interpellez le service consommateur

VOTRE MESSAGE

Pour avoir plus d’impact, personnalisez votre message pour Eco + (groupe Leclerc).

contactez la marque par d’autres moyens

via son formulaire de contact

Exemple de message :

Bonjour,

En tant que consommateur, j’aimerais que vous me garantissiez que le produit Potage tomate aux vermicelles Eco + ne contient pas de nanoparticules.

En effet, l’additif E551 (dioxyde de silicium) présent dans votre produit est susceptible de contenir des nanoparticules, substances dangereuses pour la santé et l’environnement. Leur taille extrêmement petite leur permet de se disséminer aisément dans le corps humain et l’environnement, avec des effets toxiques de mieux en mieux prouvés.

Je ne souhaite pas être cobaye d’une technologie qui n’a pas été suffisamment évaluée avant d’être lancée à grande échelle dans nos assiettes.

C’est pourquoi j’attends de vous une politique d’entreprise responsable avec des garanties claires et tangibles sur le non-recours à cette technologie.

Dans l’attente de votre réponse,

Bien cordialement,